La notion de maîtrise

La notion de maîtrise

La notion de maîtrise

La notion de maîtrise en occident et particulièrement en France, consiste autant que faire se peut, à contrôler une situation et les émotions qu’elle crée, en orient par contre, contrôler c’est accepter ce qui est.

En effet, notre éducation, basée sur des principes judéo-chrétiens nous a enseigné à contrôler nos sentiments, à refouler nos sensations, toutes ces émotions qui nous gênent dans notre paysage narcissique nous conduisent à nous couper de ce que nous ressentons, or, c’est la pire manière de se couper de ce qui est vivant en nous.

Ainsi, en matière de formation continue en ce qui concerne le domaine des ressources humaines et notamment celui de la communication et du commercial, à tous les niveaux, l’ ensemble de la corporation des intervenants a délaissé les méthodes classiques concernant le développement personnel au profit de techniques plus « tendance » comme la PNL, le « process communication » ou « l’analyse transactionnelle » pour ne citer que celles-ci, dans le but d’optimiser (est ce le véritable objectif ?) les performances de leurs clients.

La « psychologie »est entrée au service de la formation et les dérives doctrinales sont nombreuses.

Le coaching devient le concurrent mondain de l’analyse psychologique et des techniques comme la maïeutique est employée sans tenir compte des dérèglements et tout au moins des problèmes qu’elle peut engendrer, sans garde fou…

La formation professionnelle est un domaine hautement technique et les outils à utiliser tout autant. La course folle à l’innovation permettant à un cabinet lambda de conquérir des parts de marché sur son secteur d’activité, peut être réputée sans limite, la gageure étant l’image, « le tendance » qu’il cherche à afficher lui valant tous les titres de noblesse.

En termes de communication, à l’heure où notre société se base sur essentiellement l’image et le plaisir, rien ne doit paraître difficile ou long, le bien pensant est de mise et comme pour le prêt-à-porter, nous vendons des produits miracle « prêts-à-former », le discours tenu étant pseudo psycho-scientifique, le commun ne s’aventure pas à mettre en doute la technique et le technicien.

Damasio a raison de poser la question : « Descartes avait-il tort ? »

Jean Escalant

Les commentaires sont clos.