Archives de
Catégorie : Formations-conférences

L’éveil du Maroc aux horizons nouveaux

L’éveil du Maroc aux horizons nouveaux

IMG-20170212-WA0000Dimanche 11 février a eu lieu à la chambre de commerce de Tanger un évènement qui me semble-il est passé presque inaperçu auprès de la population de Tanger et de la région. Et pourtant…pourtant cet évènement est illustratif de l’immense essor de la jeunesse marocaine d’une part, de l’éveil du Maroc aux nouveaux horizons d’autre part.

Cet évènement se projetant dans l’avenir même de Tanger et de sa région mérite toute l’attention non seulement des étudiants et de la jeunesse tangéroise, mais aussi des chefs d’entreprises, de tous ceux qui désirent porter le Maroc de demain.

C’est sous l’impulsion de la JCI de Tanger métropole avec le soutien de l’Ecole Supérieure Cap ’Sup que s’est tenue une conférence qui avait pour thème « L’entreprenariat social, un levier pour la croissance et l’emploi »….

C’est à l’occasion de l’ouverture solennelle de l’année 2017 de la JCI qu’a eu lieu cette conférence qui s’est terminé par un riche échange entre les jeunes marocains du public et des trois conférenciers :

Mr Mohamed Saïd BOUZERAOUATA, Président de la Jeune Chambre de Commerce et Industrie-Tanger Métropole, Consultant,
Mr Mustapha NAJEH, enseignant à l’ENSIT et Fondateur de la Coopérative des Chercheurs Entrepreneurs, Consultant,
Mr Jean ESCALANT, Directeur du Cabinet Vocea International et enseignant chez Cap ’Sud, Consultant.

Je laisserai là la solennité de l’ouverture, ce n’est pas le propos de cet article, même si cette cérémonie empreinte de symboles et de dynamisme annonce dès le début la direction donnée à ce moment : L’humain au centre de l’entreprise, l’humain et sa magie, ses capacités de renouveau et d’inventivité comme l’a souligné avec verve et générosité dans son préambule le nouveau président de la jeune chambre internationale.

L’humain, voilà le nœud du débat : ses valeurs, ses choix, l’état d’esprit des nouvelles générations marocaines tournées vers un demain qu’ils s’approprient.

Mustapha Najeh à travers ses interventions, a abordé les thèmes relevant de productivité, de rentabilité, de part de marché, de plan de marketing de développement durable et d’écologie.
Jean Escalant, quant à lui a rappelé l’importance de la culture, de l’ouverture marocaine vers l’Afrique, au fil des questions posées par un jeune public attentif et très participatif.

Jean Escalant insista sur la nécessité pour les jeunes entrepreneurs de réécrire les normes de partenariat avec les pays africains et ne plus subir le diktat de l’occident en la matière, mais aussi et ça n’est la moindre, l’importance de la construction d’un avenir meilleur, rééquilibré, tourné vers un retour de l’humain au centre de l’entreprise.

Mustapha Najeh, brillant entrepreneur décidément tourné vers une démarche humaine, avec une vision ancrée vers une réponse forte et durable pour la préservation de la planète et de l’humain, et Jean Escalant, humaniste, homme de lettre et de culture classique, ont tous deux par leur intervention illustré les valeurs ajoutés de l’entreprise sociale, offrant de façon différente et pourtant complémentaire, une diversité d’expression de l’entreprenariat social.

Les notions de partage et de développement durable étaient au rendez-vous.

La présence du public nombreux, l’intérêt et les questions des jeunes femmes dans l’assemblée ont esquissé une des forces vives du Maroc de demain : l’entreprenariat des femmes qui par leur dynamisme et leur générosité, donnera sans doute un sens particulier à cet entreprenariat social.

L’entreprenariat social prenant le relais des associations devient dès aujourd’hui un acteur du devenir de demain : plus qu’une utopie c’est maintenant une possibilité réalisable pour le Maroc qui fort heureusement a des valeurs humanistes qu’est en train de perdre l’Occident.

France Gautier

Hescom Tanger : La maïeutique au service du développement personnel

Hescom Tanger : La maïeutique au service du développement personnel

Tout le monde connait Socrate et son école de pensée basée sur l’échange entre étudiant et Maitre.socrate

Peu savent que c’est sous son impulsion qu’est née la science de la Maïeutique.

Prosper Mérimée, le grand écrivain français en donne une belle définition. … « cet art où Socrate excellait, et qu’il nommait la maïeutique, l’art de faire éclore les grandes pensées, d’accoutumer les esprits par l’exercice à chercher et à connaître leurs facultés pour les tourner vers un but noble et utile…  » Mérimée, Hist. règne Pierre le Grand, Journal des Savants, 1867, p. 618.
C’est cette expérience que vivent les élèves de l’école supérieure de cDSCN2575ommerce HESCOM de Tanger avec  un de leur pédagogue Jean Escalant.
Pédagogue et non professeur, car il ne s’agit pas là d’un enseignement académique, ni d’un cours. Pédagogue car il faut être formé à l’art de la pédagogie pour révéler ainsi à eux même les jeunes cerveaux si désireux d’apprendre qui ne savent pas encore s’exprimer, qui n’osent pas, qui ne rêvent pas de le faire devant un professeur.
DSCN2565Ainsi, chaque 15 jours, à HESCOM, un séminaire de trois heures réuni quelques élèves autour du Maitre, sans doute autant qu’en avait lui même Socrate. Et là, au bout d’une heure  patiente  du coté du maitre, timide et hésitante de la part des élèves tout le mot « Maitre »  révèle sa dimension : de chuchotements en exclamations, d’encouragements en silences, d’attentes en phrases furtives, le dialogue véritable s’instaure. Les idées fusent finalement  exprimées, parfois « tordues » comme l’ exprima  jadis  un jeune disciple de Socrate, mais bien vite rectifiée avec les mots justes qui reflètent  si justement la pensée du jeune disciple tout surpris d’avoir su dire cela …Sans doute est ce là un premier pas vers cette affirmation de soi qui est au cœur du développement personnel dont c’était justement le thème du séminaire !
France Gautier
Séminaire « force de vente » les 8 et 9 avril 2017 à l’hôtel Hilton à Tanger

Séminaire « force de vente » les 8 et 9 avril 2017 à l’hôtel Hilton à Tanger

Force de Vente

Tarifs, renseignements  et inscriptions : 212(0)6 59 67 98 11 ou sur l’agenda en ligne sur le site de vocea-international.

jean-seminaire-voix

Un séminaire animé par Jean Escalant

Nous, entrepreneurs, sommes en droit d’attendre d’un vendeur qu’il vende, évidemment, pourtant notre exigence de résultats ne correspond pas toujours à l’exigence de satisfaction des besoins qu’un commercial est en droit d’émettre à son tour, moyens de communication, logistiques, formationnels, économiques…
A l’heure du recrutement de l’oiseau rare, il est indispensable d’y réfléchir en termes d’investissement à court ou à moyen terme. (Communication planifiée, conquête de marché, remontée d’information.) D’autre part, apparaîtront des notions telles que « turn over » ou pérennisation et développement durable, en fonction de notre stratégie en matière de force de vente.

Deux options s’offrent à nous :

  • Recruter un débutant et se charger de le modeler pour notre marché et notre secteur d’activité, autrement dit, lui permettre, tout en nous l’assurant, de véhiculer l’image que nous voulons élaborer de notre entreprise. (moyen terme)
  • La deuxième, recruter un ténor de terrain rompu à cet exercice dans le cadre de notre d’activité. (court terme)
    Dans le premier cas, nous auront la possibilité de confier à notre jeune recrue une mission globale correspondant aux besoins du marché concerné qui respectera et véhiculera l’image de l’entreprise :

    • Communication
    • Satisfaction des besoins
    • Remontée d’information.

Dans son rôle de communicant, notre commercial aura pour missions de :

Prospecter

. Identifier les cibles potentielles
. Sur le secteur géographique qui est le sien,
. Correspondant aux profils socio-professionnels pré établis

Connaissance produits

. Respecter la charte de son entreprise
. Exploiter les cercles d’influence (référencement)
. Qualifier les prospects (informations précises et personnelles)
. Connaissance de leurs besoins et de notre capacité à les satisfaire

Satisfaction des besoins

.Qualification des dites cibles
. Analyse des besoins (qu’ils soient satisfaits ou pas)
. Identification des circuits de décision
. Proposition de solutions
. Signatures
. Livraisons
. Suivi et Service Après-Vente

Remontée d’information

. Identification de la concurrence
. Identification des produits proposés

Certains pensent que l’on peut remplacer ces commerciaux par des « preneurs d’ordre ».

C’est oublier que les phases de prospection et de vente sont de vrais moments de convivialité, nous sommes nous tous, les professionnels, des êtres humains qui assurent des liens et des échanges avec une clientèle qui est parfois composée de particuliers et parfois de professionnels. Et quel que soit notre secteur d’activité, nos commerciaux doivent connaître et comprendre les attentes et préoccupations de nos clients afin de mieux les satisfaire et par conséquent mieux cibler nos futurs prospects…

Jean Escalant

L’éloquence – 2° partie

L’éloquence – 2° partie

Un entretien avec Jean Escalant à propos de ses séminaires sur l’éloquenceimg-20161218-wa0006

Question : Comment peut-on travailler son éloquence ?
Réponse : Prendre la parole le plus souvent possible. Se faire enregistrer, rectifier parfois les erreurs de sémantique et de syntaxe, c’est aussi appuyer sur sa vocalité, son articulation, son souffle et donc sur sa prononciation… Faire du théâtre et du chant est de loin la meilleure combinaison technique.
Question : Pour la technique vocale ?
Réponse : Bien sûr, ça en fait partie. Mais aussi…. Concernant la terminologie et son emploi. Pour un musicien, chaque mot a une valeur sonique importante, il y a une mélodie dans chaque vocable et donc la construction rhétoricienne et éloquente d’un discours passe aussi par une harmonie sonique, à travers les vocables que nous envoyons…
Question : Est-ce qu’on a le temps de choisir un mot quand on pratique l’éloquence ?
Réponse : Il faut avoir une richesse de vocabulaire relativement importante, en tous cas suffisamment importante pour pouvoir assurer une certaine fluidité du discours.
A contrario, notre vocabulaire étant pauvre, nous aurons des répétitions de mots et auront du mal à produire le développement d’une idée avec richesse et variations.
Prendre la parole et parler d’un seul sujet pendant deux heures est une prouesse. Et s’évertuer à ne pas répéter la même chose pendant deux heures, c’est une prouesse extraordinaire.

Question : Pourriez-vous donner des cours d’éloquence ?
Réponse : « Je pourrais donner mon avis. L’éloquence est l’imagination et la création au service du discours, de même que la rhétorique, les règles de grammaire, la découverte de son identité vocale et des techniques dérivées.
Un mélange alchimique entre sa sensibilité, sa culture générale et son altruisme.
Voltaire a dit que l’art d’ennuyer, c’est de tout dire, en l’occurrence, je préfère la citation du Général De Gaulle : l’important n’est pas de sortir de Polytechnique, l’important, c’est de sortir de l’ordinaire »

L’éloquence – 1° partie

L’éloquence – 1° partie

IMG-20161126-WA0015Un entretien de Jean Escalant à propos de ses séminaires sur l’éloquence

Question : Qu’est-ce que l’éloquence ?
Réponse : « Depuis de nombreuses années, nos jeunes étudiants sont, en règle générale, formés à la rédaction de leur communication, qu’ils ne disent plus, y compris plus tard, lorsqu’ils auront à prendre la parole en public.
Il n’y a plus de « parlants spontanés », tous ceux qui prennent la parole aujourd’hui, ont préalablement rédigé un discours.
Ils rédigent leur intervention et pourtant malgré cela, butent sur les mots et la ponctuation.
A l’instar du chanteur, nous avons à interpréter une partition sur laquelle sont indiqués certains éléments indispensables au rythme et à l’esprit de celle-ci.
Pourtant d’autres ne le sont pas, l’interprète doit gérer son souffle, par exemple, faire des pauses adaptées à la cadence et au rythme.
Il en va de même pour l’art oratoire qui révèle l’éloquence, une discipline qu’il faut suivre et appliquer en fonction de sa personnalité et de ses possibilités ».

Question : Si nous ne rédigeons plus, comment ne pas perdre le fil ?

Le génie de l’éloquence consiste à pouvoir être interrompu durant son discours, son cheminement parce qu’il il surgit quelque chose d’important, une réflexion d’un des auditeurs, d’un des participants qui vont émettre une objection à l’idée que l’on est en train de transmettre ou qui va apporter un autre point de vue, et cet autre point de vue ou cet autre position vont perturber  le bon déroulement des mots et des idées ».
Un éclairage nouveau peut apparaître, provoquant une réorientation du message, nous sommes alors comme une hirondelle dans son élément, qui glissant l’aile sous le vent, va s’adapter aux différents courants aériens, aux pressions, aux courants d’airs chauds et froids tout en se maintenant en vol en faisant parfois des acrobaties.
A vouloir faire mieux dans les principes de communication, nous sacrifions cet humanité qui doit animer toute transmission orale, la spontanéité.
Je pense que c’est aussi cela l’éloquence.

Question : L’éloquence est un don ou une technique ?
Réponse : « Le mot don c’est trop sélectif. Ce serait à dire Il y a ceux qui sont doués et ceux qui ne le sont pas.
Nous savons les uns et les autres que ce n’est pas vrai totalement vrai, fort heureusement.
Certes, certains sont prédisposés et il n’est question en l’occurrence que d’assertivité, autrement dit la relation que nous avons avec nous même, notre développement personnel.
Une fois cette problématique traitée, reste la technique et celle-ci s’apprend et se pratique.
Chacun acquiert des aptitudes, des possibilités de prendre la parole en fonction de la nature du débat… »

 

Séminaire les 22 et 23 avril 2017 – Rhétorique et éloquence

Séminaire les 22 et 23 avril 2017 – Rhétorique et éloquence

Rhétorique et éloquence « la voix parlée, outil de communication »

Vocea International propose sur son site web, un nouveau séminaire autour de la rhétorique et de l’éloquence « la voix parlée, outil de communication ».

Le séminaire dure deux jours, de 10 heures à 18 heures.

Tarifs, renseignements  et inscriptions : 212(0)6 59 67 98 11 ou  sur le site de vocea-international.

 

1010322_641929402546940_2101322595_n4 questions sont posées par Jean Escalant à Sabine Steffan, experte vocale et animatrice du séminaire.
Question : « Qu’est-ce que le séminaire Prise de Parole en Public ? »
Réponse : « Je vais reprendre le credo qui est inscrit sur notre plaquette : « nous parlons comme nous marchons, comme nous respirons, de façon instinctive.
Nous devons apprendre à moduler les sons et à les ordonner, ils sont le support des vocables que nous allons transmettre. La combinaison « son-vocables » va rendre audible et intelligible ce que nous voulons communiquer. Ordinairement nous ne faisons que transmettre, sans utiliser de façon adéquate, les formidables possibilités de notre vocalité.
La prise de parole en public consiste aussi à pouvoir jouer avec ce mystère de notre voix, le timbre. Nous offrons à ceux qui nous écoutent, la découverte d’une partie de ce que nous sommes à l’instant de la prise de parole, notre identité vocale ».

Question : « Est ce qu’il y aura dans ce séminaire des choses sur la rhétorique ? »
Réponse : « Oui, c’est évident, la rhétorique est un des aspects de la prise de parole en public.
Lorsqu’un homme politique ou quelque orateur que ce soit fait un discours ou prend la parole pour transmettre une idée, une conviction, une de ses premières missions est de s’assurer de la qualité de réception et de compréhension de ce qu’il est en train de dire. La rhétorique permet de s’adresser à la partie raisonnable de l’intelligence de notre auditoire.

Question : « Comment s’assurer justement que tout le monde suit ? »
Réponse : « Il y a certes la qualité d’émission, en l’occurrence il y a aussi la qualité de réception, cette dernière se gérant grâce au décryptage des réactions corporelles, inclinaisons de tête et autres haussements de sourcils, ce que nous appelons communément, communication non verbale. Car l’auditoire transmet lui aussi, silencieusement de façon générale, mais il existe de façon certaine, un retour de communication.

Question : « Voulez-vous dire que c’est un exercice complet et difficile ? »
Réponse : « Cela me paraît évident. Il y a la rhétorique pour ordonner, construire, rendre agréable et intelligible ce que nous voulons transmettre, l’aspect vocal, au centre de cette communication, mais il y a aussi le décryptage de cette communication non verbale, retour de l’auditeur, autrement dit, le récepteur.
Me suis-je suffisamment bien exprimé ? Quels sont les points sur lesquels je devrai revenir ? Comment conserver l’attention de mon auditoire ? Dois-je changer d’attitude corporelle ? Dois-je modifier mon rythme d’élocution ? Mon timbre est-il bien positionné ? Mon souffle est-il exploité au mieux ?
Autant d’aspects qui entrent dans la prise de parole en public et parmi eux, les incontournables mécanismes de la voix, ce merveilleux instrument généralement méconnu et mal utilisé. »

Séminaire les 6 et 7 mai 2017 la communication non verbale

Séminaire les 6 et 7 mai 2017 la communication non verbale

jean-seminaire-voix

La communication en général utilise principalement deux outils qui sont la voix et l’ouïe.
Or il existe une troisième voix, « le visuel ».
C’est celle exprimée par d’autres parties de notre corps.
La gestuelle, phénomène accompagnant la parole, donne force et assise à notre discours.

index
Voyez nos élus employant une gestuelle bien précise pour exprimer leur conviction, assise de tout discours politique.
Tous les regards fixés sur l’orateur, vont percevoir « le non-dit » si bien exprimé.
Le spectateur qui regarde à cet instant, instinctivement ou consciemment, va en tirer des conclusions. Mohamed 6

Le non verbal, en l’occurrence, fait partie intégrante de la communication.
Parfois, lorsqu’on veut communiquer ce qui nous paraît être une réalité et que lorsque nous sommes sous le regard parfois appuyé et analysant d’un public, il faut adopter une position corporelle, celle étant celle qui permet de nous donner ou en tout cas de communiquer la meilleure image possible.
Voilà, un des aspects de ce que peut-être la communication non verbale, quant aux autres, ils concernent la couleur des vêtements que l’on va porter, leur ampleur ou leur étroitesse.
Pour les femmes, la forme de leur robe, la couleur dominante, mais aussi la façon de porter un sac.
Pour les hommes, la couleur du costume, de la cravate, de mettre les mains dans les poches.
mitterrandQuant à l’homme politique qui s’appuie sur un pupitre, va-t-il l’utiliser comme outil et l’intégrer dans sa communication ?
C’était une des spécialités de Français Mitterrand en la matière.
Hassan II choisissait l’immobilité, car elle symbolise la force, l’éternité…
Voilà, quelques aspects du non verbal, c’est ce que nous proposons de découvrir ensemble dans ce séminaire concernant la communication non verbale.

Communication et vocalité

Communication et vocalité

img-20161216-wa0019Le vendredi 17 décembre dernier a eu lieu à L’institut supérieur de management et de journalisme de Tanger un séminaire sur la vocalité et la communication.

Les étudiants très actifs : futur journalistes et managers ont participé à ce séminaire  en posant des questions fort pertinentes, montrant par là combien ils sont conscients de l’importance dans la communication, clé des relations humaines, de la voix et de la bonne gestion de la vocalité.

img-20161216-wa0008Sabine Steffan, partenaire de Vocea International, experte de la voix parlée à expliqué tout d’abord les fonctions vocalité et l’importance de la voix dans le domaine des relations , qu’elles soient audiovisuelles ou directes.

Madame Nurcan Cakti  experte en performing art est intervenue img-20161216-wa0026pour proposer des exemples concrets aux étudiants en mettant en situations deux jeunes volontaires courageux qui ont pu vivre l’expérience d’un bref moment un coaching.

 

Puis, Jean Escalant, directeur de Vocea International est intervenu pour débattre avec les étudiants des questions autour de la communication, verbale et non verbales.

Le séminaire a retenu un long moments étudiants et formateurs, tous passionnés par le sujet de la communication.