Grands compositeurs Français : Georges Bizet

Grands compositeurs Français : Georges Bizet

Un destin tragique

Peu de personnes le savent, mais Bizet, compositeur du très célèbre Carmen, un des opéra les plus célèbres et les plus représenté  au monde n’a pas connu la gloire au cours de sa brève carrière : mort à 36 ans, malheureux en ménage,non reconnu par le public alors que Rossini avait triomphé si facilement !

Ce compositeur qui créa une véritable révolution musicale en Allemagne, qui inspira avec sa « Carmen » Brahms qui assista à plus de 20 représentations. Wagner et même Nietzsche  et l’immense  compositeur Russe  Tchaïkovski qui avait prédis que Carmen resterait un des opéra les plus joués au monde.

Un musicien surdoué mais incompris

Pourtant Bizet enfant surdoué, est aussi un pianiste exceptionnel qui a connu un début en tant que compositeur très remarque, a toute sa vie couru après les commandes des éditeurs, incompris malmené par la critique qui ne comprends pas le style de sa musique aux harmonies complexes et surtout en ce qui concerne Carmen, une pudibonderie du public de l’époque pour l’héroïne, femme libre et jugée sulfureuse.

Dans sa correspondance Bizet  relate combien sa vie est difficile et misérable, obligé de courir après les travaux de transcription pour les éditeurs et  les commandes d’œuvres qui doivent respecter les desiderata des éditeurs qui imposent à cette époque déjà leur vision pour satisfaire un public « à la mode ».

Une gloire française

Maintenant, plus de 100 ans après sa mort, Bizet est reconnu comme un des grands compositeurs Français, mais on sent autour de lui encore ces polémique au sujet de sa Carmen. Je me demande si le personnage de Carmen devenu le symbole de la femme libre, la culpabilité que l’on ressent à l’aimer autant  n’a pas occulté dans l’esprit du grand public la musique et le fabuleux talent , le génie musical vrai de Bizet.

Je conseille aux personnes qui n’ont entendu que Carmen de prendre un moment pour écouter « Les pécheurs de perle », la Symphonie en Ut majeur, et pour les enfants la suite d’orchestre « l’Arlésienne ».

Le style imposant par ses phrases musicales parfois longues et soutenues par une orchestration complexe harmoniquement reste empreint de légèreté et d’une  grande souplesse. Il a un sens de la description musicale des émotions qui est digne des grands opéras italiens.

 

 

Les commentaires sont clos.