Archives de
Mois : novembre 2017

La pédagogie vocale au service de la musique

La pédagogie vocale au service de la musique

A propos de « Nouvelle Pédagogie »…

La notion de « nouvelle pédagogie du chant » est importante car pour arriver au plus haut niveau : pour ne pas se contenter d’imiter son professeur, pour intégrer rapidement et parfaitement des mécanismes vocaux et musicaux, il faut non seulement une technique, mais aussi une méthodologie d’apprentissage propre à chacun.

Revenons au sens du mot : pédagogie
La pédagogie du grec παιδαγωγία, de παιδός (/’paɪdɔs/), « l’enfant », et ἄγω (/’a.gɔ/), « conduire, mener, accompagner, élever ».

La notion de « pédagogie vocale » est trop souvent confondue avec celle de « didactique vocale ».

La pédagogie, fait plus référence à la gestion de l’information et à la structuration du savoir, elle se réfère à la transformation de l’information, du savoir, elle implique la relation avec l’élève.

La didactique fait référence à une mise en ordre du savoir pour le transmettre, elle se situe en amont de la pédagogie.

La didactique est une question d’organisation du savoir, la pédagogie est une question de relation et de circulation efficace et pratique du savoir.

Ainsi , la pédagogie vient bien avant la technique vocale à proprement parler et le professeur doit maîtriser absolument et complètement tout le savoir autour de la technique vocale s’il veut pratiquer une pédagogie réellement efficace.

Tous les élèves ne peuvent rentrer dans le même moule ni dans la même structure.

Là, intervient la notion de « nouvelle » pédagogie. Car c’est un concept assez innovant pour ce qui concerne l’enseignement de l’art, de se servir d’outils aussi divers que la relaxation du corps pour mettre en place un instrument, ou la sophrologie pour comprendre la « réalité vécue » du corps humain.

Lorsque je parle de « pédagogie » je fais référence à une technique d’enseignement.

Trop souvent lorsqu’on parle « pédagogie » on répond limitativement : « technique vocale » ou « méthode de chant ».

Le respect de l’individu et de ses capacités et possibilités :
Dans l’enseignement et l’apprentissage, il existe maintenant plusieurs courants qui tendent tous et de plus en plus à respecter l’individu et sa façon d’intégrer les notions nouvelles, mais aussi ses capacités analytiques, sa gestion de l’étude et son apprentissage plus ou moins mental, actif, rapide ou au contraire lent.
Nous revenons ainsi à cette notion de « besoin » de l’élève : cela doit, à mon sens, être la base de l’enseignement pédagogique de la vocalité.

Voici donc trois principes fondamentaux.
1. Les besoins techniques et expressifs de l’élève priment sur le savoir du maître.
2. L’enseignement du maître est soumis aux possibilités et aux désirs d’apprentissage de l’élève. Si l’élève ne veut ou ne peut entendre certaines choses, ne peut ou ne veut exprimer une chose, ce n’est pas au maître de le faire à sa place ou de le forcer. Lorsque je parle de « entendre ou exprimer une chose » : j’entends par « chose » une entité abstraite aussi bien vocale que scénique. Certains blocages psychologiques, fonctionnels ou mentaux ne sont pas du ressort du professeur mais de l’élève seul et éventuellement d’un thérapeute. Beaucoup de professeurs se substituent à l’élève dans les désirs et les possibilités.
3. Le maître doit indiquer non seulement le geste vocal et le mécanisme à faire, mais le comment et le pourquoi du geste vocal.
Comment, c’est à dire de quelle manière, par quel moyen arriver à créer le mécanisme vocal. Pourquoi, c’est à dire pour quelles causes, ou pour quelles raisons un geste doit être fait.

Ce n’est pas parce qu’on chante bien qu’on enseigne bien ! Les meilleurs pédagogues ne sont pas nécessairement de grands chanteurs dont on pourra imiter les vocalises ou le timbre, ce sont des professeurs qui connaissent parfaitement l’ instrument et qui sont concentrés sur l’élève et la transmission du savoir faire et du savoir théorique.