Archives de
Mois : septembre 2016

La confiance en soi découle d’une estime objective de soi

La confiance en soi découle d’une estime objective de soi

La confiance en soi découle d’une estime objective de soi
Le vocable «estime» a été utilisé, trop souvent fort mal à propos, à tel point que son sens a été dénaturé.
Entendons nous bien, l’estimation n’a rien à voir avec l’amour de soi.Estimer, c’est soupeser, mesurer… oui, mais quoi?

Comme lorsque nous étions enfants et que inconsciemment, mais avec beaucoup d’application, nous mesurions nos possibilités physiques et intellectuelles en plein développement, nous devons aujourd’hui et chaque jour, confronter nos moyens face à un enjeu, un devoir et parfois un danger.
Notre travail fondamental quant à la découverte et l’estimation de ce que nous sommes et donc de ce que nous pouvons, est essentiel, il doit accompagner au conscient ce qui relevait autrefois du pur réflexe ou de l’héritage génétique quant à la manière d’appréhender les événements du quotidien.
De l’estime de soi découle la motivation.
Or, si nous nous référons à une définition basique, la motivation c’est, «la sollicitation paroxystique de nos moyens physiques et intellectuels dans le but d’accomplir ce que nous dicte notre sens du devoir et des responsabilités».
Quels seraient les freins empêchant la sollicitation de nos moyens? Évidemment, vous l’aurez deviné, c’est la reine des freins, la peur…Celle de ne pas réussir, de se tromper, de ne pas être préparée à accomplir la tâche qui nous incombe.
Là aussi, référons nous à une définition basique, «La peur est la réaction physiologique provoquée par notre cerveau, face à un danger dont l’origine, la teneur et l’amplitude, nous est inconnue, mettant en alerte notre corps et sollicitant nos moyens vitaux face au dit danger».
Donc si je comprends bien tout ceci, il suffit d’une part, quant à la peur, d’identifier et de quantifier le danger, ce qui nous permettrait d’autre part, quant à la motivation, la sollicitation de nos moyens et la réponse proportionnelle au danger identifié et quantifié.
La majorité d’entre nous est absolument persuadée de ne pas pouvoir courir un cent mètres en moins de 10 secondes, sans pourtant avoir véritablement essayé.
Si nous prenons deux athlètes de corpulence, de taille et à entraînement égal, l’un deux gagnera sa course contre l’autre et ce sur la base d’un fait essentiel, son mental.
Quels sont donc les moyens à notre disposition pour maîtriser cette peur et susciter notre motivation?
C’est l’estime de soi et donc, la confiance en ce que nous sommes, de ce que nous savons pouvoir, en toute sérénité.
Et grâce à ce fait simplissime et pourtant essentiel nous pourrions vivre la plénitude.

Jean Escalant